Désactivation du PDC : pourquoi la voiture ne considère pas la remorque comme un obstacle ?

30. Mai 2018 um 11:15

Désactivation du PDC

Depuis quelques années, le système de Park Distance Control (PDC) est devenu un équipement standard sur les voitures particulières. Lors de la marche arrière, des capteurs utilisent des ultrasons pour détecter les obstacles derrière le véhicule, et l’ordinateur de bord envoie un signal optique et/ou acoustique au conducteur à l’avant. En théorie, une remorque attachée au véhicule tracteur devrait aussi être détectée comme un obstacle, puisqu’elle se trouve directement à l’arrière. Normalement, le PDC s’activerait et alerterait constamment le conducteur. Cependant, cela ne se produit pas. Pourquoi ? La raison en est la désactivation du PDC, qui peut être mise en œuvre techniquement de différentes manières. Heinz Hueber, responsable technique de notre département des kits électriques, explique comment le Park Distance Control est désactivé sur les attelages de remorque montés en seconde monte.

Heinz Hueber, responsable technique de notre département des kits électriques, explique comment le Park Distance Control est désactivé sur les attelages de remorque montés en seconde monte.

1. Intégration totale dans l’électronique de bord du véhicule tracteur

Si un attelage de remorque est monté en usine par le constructeur de la voiture, son électronique est entièrement intégrée dans l’électronique de bord du véhicule tracteur. Le fonctionnement de la remorque est alors activé dans l’ordinateur de bord, qui sait alors automatiquement, lorsqu’on branche la fiche de la remorque, que le PDC et le feu antibrouillard arrière de la voiture doivent par exemple être désactivés et que la stabilisation de l’attelage doit éventuellement être activée.

Si un attelage de remorque est installé ultérieurement, cette intégration de l’électronique d’attelage dans l’électronique de bord du véhicule tracteur pourrait également être réalisée par un atelier spécialisé. Pour ce faire, les appareils de commande du véhicule doivent être activés manuellement pour permettre le fonctionnement de la remorque, à l’aide d’un testeur. (ATTENTION : tous les testeurs ne peuvent pas activer tous les appareils de commande).

Malheureusement, tous les constructeurs automobiles n’autorisent pas facilement cet accès à l’électronique embarquée intelligente. Il se peut que la déconnexion soit réinitialisée après une visite chez le concessionnaire. C’est pourquoi les fabricants de systèmes d’attelage de deuxième monte résolvent la désactivation du PDC par une détection électronique ou mécanique de la remorque.

2. Le module de commande dans le kit E se charge de la reconnaissance

Le kit électrique fourni avec le dispositif d’attelage comporte un module de commande qui détecte la présence d’une remorque par la charge couplée de l’éclairage de la remorque et transmet les informations nécessaires à l’électronique de bord. Nous nous connectons ainsi à l’électronique de bord du véhicule tracteur, mais sans déconnexion. La désactivation du PDC est soit activée ou désactivée manuellement via un interrupteur P-OFF dont disposent de plus en plus de véhicules, soit automatiquement au moyen du module de commande intelligent du kit électronique, qui éteint également les feux antibrouillard arrière sur le véhicule et les allume sur la remorque en cas d’utilisation de la remorque. Inconvénient : les autres systèmes d’assistance à la conduite ne sont pas adaptés.

3. Le micro-rupteur interrompt l’alimentation électrique

Le moyen le plus simple consiste à installer un microcontact mécanique dans la prise de l’attelage de remorque. Lorsque la fiche de la remorque est branchée, le microcontact est basculé et coupe l’alimentation électrique du PDC. En même temps, le feu antibrouillard arrière du véhicule tracteur est également désactivé. Le feu arrière de brouillard de la remorque s’allume alors seul, tandis que le véhicule tracteur ne s’allume plus.

4. Communication numérique par bus de données (CAN)

De nos jours, de nombreux véhicules communiquent via un bus de données, également appelé Controller Area Network (CAN). Dans ce cas, toutes les informations sont transmises numériquement dans le véhicule via une ligne à deux fils. Les appareils de commande sont reliés entre eux par le bus de données CAN et échangent les signaux nécessaires via les deux lignes, CAN-High et CAN-Low.

Techniquement, les appareils de commande modernes des dispositifs d’attelage pourraient se connecter au bus CAN et communiquer numériquement avec les appareils de commande de bord. Cependant, cette pratique est encore rarement utilisée à l’heure actuelle.

Apprenez-en plus sur nos produits dans nos autres boutiques :

www.mvg-ahk.at
www.mvg-ahk.ch
www.mvg-ahk.lu
www.mvg-ahk.be
www.mvg-ahk.nl